Listen to the text.

sábado, 8 de novembro de 2014

Museo de las Americas



Museo De Las Americas is dedicated to educating our community through collecting, preserving, interpreting and exhibiting the diverse arts and cultures of the Americas from ancient to contemporary, through innovative exhibitions and programs. 



Historical Summary
April 1991 – Museo de las Americas incorporated by Jose Aguayo, Magdalena Aguayo, Ramon Kelley, Ramona Kelley, Emanuel Martinez, Maria Lupita Martinez, and Rebecca Arellano. Remigio Pete Reyes prepared the incorporation documents.
August 1992 – Jose Aguayo became Museo’s first executive director. He establishes an office in one room of the E.T. LaFore Inc. cabinet shop at 861 Santa Fe Drive.
September 1992 – Museo de las Americas receives 501 (c)(3) designation.
March 1994 – Museo de las Americas purchases the 12,000 sq. ft. property of 861 and 863 Santa Fe Drive which it has occupied partially since 1992.
July 1994 – Museo de las Americas unveils its first major exhibition, Visiones del Pueblo: The Folk Art of Latin America, in the newly renovated space at 861 Santa Fe Drive.
October 1996 – Renovation of Museo’s lower level into collection storage space is completed.
March 2000 – Museo de las Americas receives the prestigious Downtown Denver Partnership Award.
November 2002 – Fourth Annual Gala de las Americas held at the Adams Mark Hotel in Denver. Nearly 500 guests heard plans for a $10 million expansion of Museo.
April – June 2002 – For the first time, Museo de las Americas unveiled its extensive collection of Latin American folk art. Items exhibited were from the 2,000-piece collection donated to Museo by Irving G. and Eleanor D. Tragen in 2000.
April 2003 – As part of the plan for expansion funded in part by funding from the NEH, Museo constructs a research library in the basement of the 861 Santa Fe building. This library includes nearly 1,000 books on Latin American art, history, and culture.
July 2004 – Museo de las Americas develops a relationship with Eleanor and Irving Tragen, retired U.S. State Department Employees who intend to contribute $665,000 to Museo’s Endowment Fund over the next 8 years.
September/October 2004-Local collector Rita Bloodworth donates eighty ceramic, shell, and jade objects collected by her and her late husband while working as geologists in Latin America to Museo. These objects will be used in a redesigned permanent Pre-Colombian display.
January 2005 – Patty Ortiz, former Director of Programs for the Museum of Contemporary Art in Denver, is hired by the Board of Trustees as the new Executive Director of Museo de las Americas.
October 2005 – Museo receives the Mayor’s Design Award from the City and County of Denver for improvements made to front entrance and exhibition space by new Executive Director Patty Ortiz.
December 2006 – Museo de las Americas is announced as the recipient of the 2006 Martin Luther King Community Service Award, given to recognize the exemplary services and achievements of that have positively impacted Denver in the spirit of the teachings and example of Dr. Martin Luther King Jr.
July 2009-Maruca Salazar is hired by the Board of Trustees as the new Executive Director of Museo de las Americas.
October 2009-Museo de las Americas received the Mayor’s Award for Excellence in the Arts from Mayor Hickenlooper.
July 2010-Museo participates in the first Biennial of the Americas with an exhibition titled Liberadores/Liberators.
July 2012-Museo received The Gateway Frontier Award for Santa Fe Redevelopment Corporation
January 2013-Museo received a grant from Hispanics in Philanthropy for a major exhibition, La Cocina.
July 2014-Museo received $20,000 from The Bonfils Stanton Foundation to help promote innovative ideas to increase community participation.


FONTE: @EDISONMARIOTTI #EDISONMARIOTTI http://museo.org/about-us/historical-summary/


Fundação Armando Alvares Penteado sobre os Museus de Berlin. - VÍDIO -


Palestras realizada em 2006 na Fundação Armando Alvares Penteado sobre os Museus de Berlin. 


http://iptv.usp.br/portal/video.action;jsessionid=22398EF2446F122B50059F67F6A20362?idItem=24992



Palestrante: Andreas Scholl, diretor da Divisão de Antiguidades dos Museus Nacionais de Berlim 

Debatedor: Tiago de Oliveira Pinto, co-curador da exposição Deuses Gregos 

Mediadora: Maria Izabel Ribeiro, diretora do Museu de Arte Brasileira – FAAP 


Mais informações em: forumpermanente.org



fonte: @edisonmariotti #edisonmariotti http://iptv.usp.br/portal/video.action;jsessionid=22398EF2446F122B50059F67F6A20362?idItem=24992

Innovation - Muséomix s’installe au musée d’Art et d’Industrie

Le musée d’Art et d’Industrie de Saint-Etienne accueille le week-end prochain un atelier créatif sous le nom de Muséomix. L’objet est d’inventer au fil d’un marathon de trois jours de nouvelles formes de médiation des collections du musée.

Initié en 2011 au musée des Arts décoratifs de Paris, Muséomix se déploie cette année dans sept musées simultanément, à Lille, Nantes, Genève, Derby, Montréal, Arles et Saint-Etienne.

Le musée d’Art et d’Industrie de Saint-Etienne a été choisi en effet cette année pour accueillir l’événement qui se déroulera du vendredi 7 au dimanche 9 novembre prochains. 

Seront constituées au musée le vendredi matin six équipes de sept personnes aux compétences complémentaires (développeur, médiateur, designer, communicant…) autour d’un projet de médiation innovante des collections du musée à l’aide essentiellement de l’outil numérique. Il s’agira pour chaque équipe d’inventer, concevoir, fabriquer et tester un dispositif de médiation muséale, qui devra être opérationnel le dimanche en début d’après-midi. Le public sera invité le dimanche après-midi à la restitution des projets, des prototypes de médiation, qui pourront être adoptés ultérieurement par le musée.

Quels projets ? Les projets devront servir la collection et surtout sa communication. Nadine Besse directrice du musée d’Art et d’Industrie a suggéré quelques pistes aux équipes qui vont se constituer. Ce sont des questions qu’elle pose : comment présenter l’histoire du musée articulée entre art et industrie ? Comment communiquer la recherche effectuée sur le secteur de l’optique, un domaine d’activité emblématique du territoire ? « Comment valoriser les motifs de gravure sur arme très présents dans les collections et pour autant invisibles, car de petite taille ? On a besoin d’un outil pour les mettre en valeur », poursuit Nadine Besse qui reconnaît attendre avec beaucoup d’impatience les résultats de ce laboratoire créatif d’idées nouvelles de médiation.

Daniel Brignon

Restitution des projets de médiation dimanche 9 novembre à partir de 15 h 45 jusqu’à 18 h 30. Entrée libre en fonction de la place disponible. Le public sera accueilli avec des marrons chauds et du chocolat pour patienter si besoin.

fonte: @edisonmariotti #edisonmariotti http://lessor.fr/2014/11/06/innovation-museomix-s’installe-au-musee-d’art-d’industrie/

Cheminez sur les routes du Moyen Age au Musée de Cluny


HISTOIRE – Une magnifique exposition sur les conditions de circulation dans l'Europe médiévale se tient actuellement au musée de Cluny, à Paris. A travers une série de cartes, de peintures et d'objet du quotidien, on découvre le périple de ces voyageurs.

Carte maritime de la Mer Méditerranée et de la Mer noire, seconde moitié du XVe siècle.Photo : Bibliothèque nationale de France










Une journée pour faire 30 kilomètres. Au Moyen Age, voyager n'était pas une sinécure. Pour découvrir les conditions de circulation de cette époque, prenez la direction du musée de Cluny, à Paris, qui consacre une exposition à cette thématique. Le lieu – un magnifique hôtel particulier du XVe siècle construit en partie sur des thermes gallo-romains – permet, à lui seul, de remonter le temps.

Sur les routes médiévales se bousculent pèlerins, chevaliers et commerçants. Pour les guider : des cartes terrestres et maritimes, dont plusieurs exemplaires présentés ici ont de quoi déboussoler le voyageur d'aujourd'hui par leur géographie parfois fantaisiste. Mais perdre son chemin est un moindre mal comparé aux autres périls que sont les agressions, les aléas climatiques ou les risques de famine. Pour déjouer le mauvais œil, mieux vaut garder sur soi une petite estampe ou une sculpture représentant Saint Christophe, le patron des voyageurs qui porta l'enfant Jésus sur ses épaules pour traverser une rivière dangereuse.

Pieds-nus sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle






Sur la mer, c'est grâce aux astrolabes que l'on arrive à lire l'heure et à se repérer. Si de nombreuses peintures et gravures représentent les embarcations à flot au Moyen Age, peu de vestiges nous sont parvenus. Exceptionnelle, l'armature d'un de ces bateaux est ici reconstituée à partir de planches de chêne retrouvées sur une épave échouée au Pays Basque.

Sur terre, les moines, porteurs de message, circulent d'abbaye en abbaye alors que les Croisés cheminent vers la Terre sainte. Dès l'an 1000, Saint-Jacques de Compostelle représente la première destination de pèlerinage et fait l'objet des premiers guides de voyage remplis d'informations pratiques. La plupart des voyageurs circulent pieds nus. Seuls les plus riches arborent des chaussures en cuir très simples dont quelques exemplaires du XIIIe siècle peuvent être admirées. De grands coffres de bois font office de bagages tandis que les petits objets précieux trouvent refuge dans les escarcelles. D'étonnantes boîtes de jeu portatives, en bois et os, font également partie de la panoplie des voyageurs. De quoi passer le temps pendant ces périples qui duraient parfois des années.

''Voyager au Moyen Age'' au Musée de Cluny, 6 place Paul-Painlevé, Paris VIe. Tarif : 7 et 9 €. Infos : 01 53 78 00.

fonte: @edisonmariotti #edisonmariotti http://www.metronews.fr/culture/cheminez-sur-les-routes-du-moyen-age-au-musee-de-cluny/mnkf!cE1ALdHPuJZ7o/

Deux maquettes d'avion volées au futur musée Aeroscopia



Cela fait près de trente ans que le projet d'un espace scientifique et d'exposition dédié à l'univers de l'aéronautique est envisagé à Blagnac, non loin de l'aéroport de Toulouse-Blagnac. Le 5 janvier prochain, Aeroscopia ouvrira enfin ses portes. Le nouveau musée attend d'ici là la réalisation de deux nouvelles maquettes. Deux modèles représentant les avions Dewoitine D1 et 520, qui ont effectué leur premier vol en 1922 et 1938, ont en effet été dérobés il y a une quinzaine de jours.






L'espace d'exposition dédié à l'aéronautique doit ouvrir ses portes à Blagnac, près de Toulouse, le 5 janvier prochain. Les modèles des avions Dewoitine 520 et D1, propriétés de l'Aérothèque, y ont été dérobés.




«Pour voir ce que donnait la présentation des maquettes au pied de la grande fresque [...] contant l'histoire de l'aéronautique, nous en avions disposé quelques-unes sur le site et l'on nous en a dérobé deux pendant la nuit, à l'intérieur des locaux», a expliqué, le 5 novembre à La Dépêche du midi, André Rocaché, président de l'Aérothèque, à laquelle appartenait ces deux maquettes. Les faits n'ont pas été constatés immédiatement. Le musée est pourtant surveillé actuellement jour et nuit.

Une plainte a depuis été déposée par l'association. André Rocaché ne se fait pas d'illusions sur la possibilité de retrouver ces deux pièces uniques, d'une valeur estimée à 5800 euros. Une nouvelle commande de ces modèles a donc été passée auprès du maquettiste Jean-François Tapia, qui avait déjà réalisé les deux exemplaires et conservé les plans. Les Dewoitine D1 et 520 devraient de nouveau prendre place au sein du musée prochainement, avant l'ouverture. «La livraison interviendra au plus tôt 45 jours après la commande», explique André Rocaché.

La mairie de Blagnac confirme cette information dans un communiqué en date du 4 novembre: «Faisant suite au dépôt de plainte de l'association Aérothèque, la Ville de Blagnac interpelle ses assurances ainsi que celles d'Oppidéa, maître d'ouvrage délégué, pour pouvoir réparer le préjudice. Tout sera fait pour que ces deux maquettes à caractère artisanal puissent être remplacées avant l'ouverture du musée au public le 5 janvier prochain.»

Aeroscopia retracera l'histoire de l'aviation depuis 1920 grâce à un parcours de découverte comprenant des expositions sur les sciences et techniques aéronautiques et accueillera, entre autres, les avions Concorde, Caravelle, Super Guppy, A300.

fonte: @edisonmariotti #edisonmariotti http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2014/11/06/03015-20141106ARTFIG00150-deux-maquettes-d-avion-volees-au-futur-musee-aeroscopia.php

Début d'incendie au Musée de la civilisation de Québec : la CSST enquêtera

La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) enquêtera après un début d'incendie qui a nécessité l'intervention des pompiers pour une deuxième fois en moins de deux mois au Musée de la civilisation à Québec.


Un reportage de Camille Simard


L'incendie, qui a été rapidement maîtrisé, s'est déclaré vers 10 h 15 jeudi dans la toiture de l'immeuble de la rue Dalhousie, comme ce fut le cas lors de l'incendie qui avait lourdement endommagé deux salles d'exposition le 15 septembre.

Cette fois, le feu a pris naissance au-dessus du hall d'entrée, où des travaux de réfection sont en cours. « C'est dû à des travaux, le feu a pris dans du bois de construction, confirme la porte-parole des pompiers, France Voiselle. Il y a eu un peu de fumée à l'intérieur et les gens du Musée ont procédé à l'évacuation. »

Environ 200 personnes se trouvaient dans l'édifice au moment où l'alarme s'est déclenchée, dont des groupes d'élèves du primaire.

« Tout a été mis en place pour que le musée soit évacué très rapidement à la fois du côté public qu'administratif », précise la directrice des communications de l'établissement, Geneviève De Blois. 

Dégâts mineurs

L'incident a causé des dégâts « très mineurs » dans le hall de l'immeuble et aucune salle d'exposition n'est touchée, a précisé le directeur des ressources matérielles, François Plamondon. « Il y a un peu d'eau, rien qui nous inquiète », a-t-il dit. Le musée a d'ailleurs pu rouvrir ses portes en milieu d'après-midi jeudi.

Malgré ce deuxième incendie en moins de deux mois, la direction du Musée se fait rassurante quant à la sécurité du chantier réalisé par Beauvais & Verret. Il s'agit du même entrepreneur qui était en charge des travaux en septembre.

« On a des gens qui vérifient tout régulièrement. Ce chantier-là est sécuritaire, soutient M. Plamondon. On fait des travaux de membranes d'isolation, on est toujours un peu à risque. » Les ouvriers, qui étaient munis d'extincteurs, sont intervenus avant même l'arrivée des pompiers. 

Quelque 25 pompiers ont été déployés pour l'intervention, qui a duré une trentaine de minutes. 

La CSST se rendra sur les lieux

Comme il s'agit d'un deuxième incident en quelques semaines, la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) ira inspecter le chantier au cours de la semaine prochaine, a indiqué le responsable des communications, Maxime Boucher.

« Notre inspecteur pourra évaluer les méthodes de travail à chaud et évaluer aussi avec l'employeur la gestion des risques », a-t-il précisé. Le « travail à chaud » représente l'utilisation de torches, notamment.

M. Boucher n'a pas précisé si Beauvais & Verret avait déjà fait l'objet d'une enquête menée par la CSST. 

Si la CSST estime qu'il y a eu faute ou erreur de la part de l'employeur, celui-ci s'expose à des avis de correction, après quoi il pourrait se voir imposer des amendes si les correctifs ne sont pas apportés dans les délais exigés. Un risque imminent pour la santé et la sécurité des travailleurs pourrait également entraîner la fermeture du chantier.

Radio-Canada a tenté de joindre l'entrepreneur, qui n'a pas rappelé.


fonte: @edisonmariotti #edisonmariotti http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/2014/11/06/004-incendie-musee-intervention-pompiers-encore-toiture.shtml