Google+ Followers

sexta-feira, 17 de julho de 2015

Campée dans un musée d’art, la pièce française, Musée haut, Musée bas, qui a pris l’affiche hier, fera la démonstration, à travers une comédie à sketches, que ceux qui visitent un musée ne sont pas tous de grands connaisseurs en matière d’art visuel, même si certains le prétendent.

Coup de théâtre dans un musée


La pièce de l’auteur français Jean-Michel Ribes, Musée Haut, Musée Bas, qui a été jouée pour la première fois en 2004 au Théâtre du Rond-Point à Paris, a rapidement séduit son public en plus d’avoir été récipiendaire d’un prix Molière l’année suivante. L’auteur a ensuite lui-même réalisé l’adaptation cinématographique, qui a vu le jour en 2008.

Séduite par cette comédie, Stéphanie Laurin l’a choisie pour la présenter au Café-théâtre de Chambly. Elle signera également la mise en scène. Estimant néanmoins le ton un peu trop franchouillard, elle a préféré réécrire certaines parties du texte original afin de lui donner un style plus québécois, sans pour autant situer l’histoire dans un lieu particulier. «J’ai travaillé autant à partir de la pièce de théâtre que du film», précise-t-elle.

Clin d’œil moqueur

La pièce se veut principalement un clin d’œil à ceux qui prétendent connaître l’art. «Nous sommes dans un très grand musée, semblable au Musée du Louvre à Paris», lance Stéphanie Laurin qui est passionnée par l’art en plus d’être aussi artiste-peintre. «L’endroit compte plusieurs salles avec des tableaux de différents styles. On retrouvera des œuvres du courant impressionniste, autant que de l’art africain ou précolombien.» Surtout, on s’amusera à entendre les commentaires des visiteurs devant une œuvre. «Certains touristes ne voient pas la différence entre le surréaliste et le baroque», ajoute-t-elle. «La pièce porte sur les réactions des visiteurs du Musée face à l’art.» On s’attend à voir quelques personnages aller jusqu’à inventer des théories artistiques où s’entrecroiseront certaines grandes philosophies sur l’art. C’est connu, il y a souvent beaucoup d’incompréhension autour d’une œuvre.

200 personnages

Certes, la metteure en scène fait preuve d’ambition. Avec seulement 13 comédiens, c’est 200 personnages qui prendront place sur les planches, afin de présenter une trentaine de sketches. «Il y aura beaucoup de travail en arrière-scène avec de nombreux changements de costumes», fait remarquer l’initiatrice du projet.

La grande majorité des personnages seront des touristes qui visitent ce fameux musée, des guides accompagnateurs et du personnel qui travaillent sur place. À cela s’ajoute le directeur du musée qui a peur de tout. «On verra qu’il a très peu d’autorité sur ses employés», souligne la metteure en scène.

On s’attend à un très grand coup de théâtre en finale.
MUSÉE HAUT, MUSÉE BAS
Auteur: Jean-Michel Ribes
Mise en scène et adaptation: Stéphanie Laurin
Distribution: Carmen Bastida, Sarah Beauregard, Joelle Carignan, Gabrielle Charland, Luc Fréchette, Gilles Gagné, Patrice Gallant, Clément Goyette, Marjolaine Morasse, Rénald Roy, Jean-François Lallier-Roussin, Denis Larocque et Serge Montpetit
♦ Jusqu’au 1er août au Café-Théâtre de Chambly



fonte: @edisonmariotti #edisonmariotti
http://www.journaldemontreal.com/2015/07/10/coup-de-theatre-dans-un-musee

Nenhum comentário:

Postar um comentário