Google+ Followers

sexta-feira, 16 de outubro de 2015

Anthropologie : au musée de l’Homme de Paris, nos ancêtres sont de retour

Plus moderne, plus pédagogique, plus interactif… Le musée de l'Homme, à Paris, rouvre ses portes le 17 octobre.



Il aura fallu quelque 92 millions d’euros et six ans de travaux pour que l’emblématique musée de l’Homme de Paris rouvre ses portes, le 17 octobre. Entièrement repensé – alors qu’une grande partie de ses collections a rejoint le musée du quai Branly et le Mucem, à Marseille -, le musée se donne pour mission de répondre à trois questions fondatrices : Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Vaste programme…

Lumineuse, offrant une vue exceptionnelle sur la tour Eiffel, la toute nouvelle galerie de l’Homme (2 500 m2) raconte, sur deux étages, la naissance de notre espèce en Afrique, son expansion à travers le monde et son influence, parfois funeste, sur l’environnement. De riches collections préhistoriques et anthropologiques animeront ce parcours : outils, moulages, fossiles, squelettes de nos ancêtres… Avec un objectif clair : exprimer la diversité de l’humanité et de ses productions. Une collection de ruches venues du monde entier voisine ainsi avec des relevés de fresques rupestres du Tassili n’Ajjer (Algérie), une yourte mongole ou un car dakarois richement décoré.

Au-delà de sa mission pédagogique, le musée de l’Homme se revendique aussi « musée-laboratoire » pluridisciplinaire, offrant des espaces d’expositions temporaires, un vaste auditorium, un centre de ressources, etc. Il accueille également 150 chercheurs et leurs étudiants.

Dans le cadre de l’exposition d’ouverture, la directrice du projet de rénovation, Cécile Aufaure, a fait appel à un artiste contemporain représentatif de cette dynamique créative qui doit tant à la rencontre de nos différences, le Camerounais Pascale Marthine Tayou, dont les installations jalonneront les différents lieux d’accueil du musée. Nul doute que ce plasticien inventif saura célébrer en couleurs l’incroyable richesse de la diversité.



Nenhum comentário:

Postar um comentário