Google+ Followers

quinta-feira, 18 de junho de 2015

The Musée National Picasso was inaugurated in October 1985. -- Le Musée national Picasso fut inauguré en octobre 1985.

The decision to install the “dation Picasso” (works donated in lieu of estate taxes) in the Hôtel Salé was made very quickly, in 1974, just one year following the artist’s death. But in some way the fate of Pablo Picasso’s estate had been pre-planned, in particular by the “acceptance in lieu” mechanism introduced in the late 1960s, made urgent by the artist’s advancing years. With this process, which gave the State permission to acquire the bulk of Picasso’s works, enriched by donations from his heirs, it was important to find a place to preserve and exhibit them. Supported by the artist’s family, Michel Guy, French Secretary of State for Culture, chose the Hôtel Salé, a private mansion at 5 rue de Thorigny in Paris’ 3rd arrondissement, to house Picasso’s collection. Owned by the City of Paris, the building had been awarded Historic Monument status on 29 October 1968.

Pablo Picasso, La mère et la sœur de l’artiste brodant
Pablo Picasso,
The artist’s mother and sister embroidering, 1896.
Watercolour, brown ink and white gouache highlights
on coarse-grained watercolour vellum paper, 16,6 x 22,3 cm.
Acceptance in lieu, 1979, MP409 (front).
© Succession Picasso 2013.
Print : RMN-Grand Palais / Thierry Le Mage.


The Historic Monuments department commenced the restoration programme in 1974. In March 1975, after deliberation, Paris City Council confirmed that the Hôtel Salé would indeed house the Musée National Picasso, a natural choice given that artist’s work was produced within the walls of large private mansions and other historic buildings, such as the châteaux of Boisgeloup and Antibes and Villa La Californie. The intention was also to create an architectural contrast between the nascent Centre Pompidou, whose foundations were just being laid, and the monographic heritage site the old Hôtel Salé was transforming into, a nearby showcase for 20th century art and a depository for Pablo Picasso’s estate. Picasso’s art would shine in the multiple exhibition areas dedicated to 20th century art divided between highly-contemporary architecture and patrimonial spaces. A lease of 99 years was agreed in 1981, the City of Paris renting the Hôtel Salé from the State for a token sum provided it carried out the renovation and took care of the building’s upkeep.





The property was renovated and refurbished between 1979 and 1985 by the architect Roland Simounet to become a dedicated place to preserve and display art. Following a public design competition that put four architects in the running (Roland Simounet, Carlos Scarpa, Jean Monge and Roland Castro’s GAU Group), Roland Simounet was awarded the contract to install the Musée National Picasso within the Hôtel Salé. A well-recognised and experienced architect, Roland Simounet was born in 1927 in Algeria where he worked until 1964 after a period studying at the École d’architecture du Quai Malaquais in Paris. He worked on temporary settlements, carrying out a study for the shanty town in Algiers on behalf of the International Congress for Modern Architecture in 1953, and building the Djenan el Hassan housing project in 1957. His experience combined the modernist architecture of Le Corbusier with Mediterranean tradition—which had already inspired him, and he became interested in horizontality. The LaM, a modern art museum in Villeneuve d’Ascq (1983), for which he won the public competition in 1973, is a good representation of his approach to arranging architectural blocks in an organised sequence, a model also found in the Museum of Prehistory in Nemours (1981), with its asymmetrical footprint comprising different wings, adapted to the uneven terrain.





The Hôtel Salé presented a particular challenge. The project consisted of appropriating the space inside an existing building and respecting the listed parts of the property with its superb stucco and stone décor as seen in the hallway, central staircase, and Salon de Jupiter. Simounet confronted these constraints just like he had the bumps in the ground in Nemours: his proposal was the only one submitted to the competition to fit the museum within the confines of the building without the need to extend the property. The modernist box designed by Roland Simounet was superimposed within the monument in a dialectical style as subtle as it was complex, in every dimension.



The central staircase, which leads “naturally” to the first floor, was a pivotal component of the project. The exhibition route flowed like a sinusoid carved with nooks and crevices. A ramp provided an alternative means of moving from floor to floor. The gloss paint contrasted with the matt paint to make the walls flow. This work differed from the renovation of the Abbey of Saint-Germain des Prés, for which the interior was structured like a shell inside the building. In the Hôtel Salé, the building retained its spaciousness and its external and internal visibility. By the variety of ambiences established in each part of the building and the transparency between the original building and exhibition spaces, the museum offered an architectural promenade introducing visitors to a grand 17th-century house at the same time as Picasso’s work. The furnishings were designed by Diego Giacometti.



However, due to technical problems, budget cuts and a slew of planning changes, the completed renovation was in many respects different from the initial design supported by Roland Simounet. The ramps and mezzanines had to be reduced. Certain spaces were abandoned, such as the temporary exhibition spaces, originally planned to take up the outbuildings, and the multimedia room for which the outbuildings’ basement was initially designated. The plan to create a building for artist studios and services running along the gardens, on the side of rue du Vieille du Temple, was also rejected, the area instead converted into a large technical facility. These lost spaces made it impossible to display the full magnitude of the collection.



The Musée National Picasso was inaugurated in October 1985.



Roland Simounet was awarded the Silver T-Square architecture prize for his work on the Hôtel Salé.



INA archives


In partnership with the INA, France’s national audiovisual institute, here is a selection of videos regarding the opening of the museum.


1975 : TF1, 1 pm news programme, 21 January 1975: the Musée Picasso installed in the Hôtel Salé in Paris’ Marais district. To commemorate its renovation, the programme broadcast the long and rich history of this remarkable building. (in French)





1979 : Antenne 2, Zig Zag, 12 December 1979: Maurice Aicardi, President of the Interministerial Commission for the Preservation of National Artistic Heritage, explained the circumstances surrounding the Pablo Picasso “dation” and more generally the principles underlying the law of 31 December 1968 regarding the acceptance in lieu mechanism. Presented from the main staircase at the Hôtel Salé, during its renovation. (in French)





1984 : TF1, the 1 pm news programme, 5 July 1984:the architect Roland Simounet presents, on the site of the Musée Picasso, the main componenets of the Hôtel Salé’s renovation, illustrated by the technical innovations shown during the course of the news item. (in French)





1985 : Antenne, 2. Midi 2, 23 September 1985: for the occasion of the inauguration of the Musée Picasso on that day, a report on transferring Pablo Picasso’s works from the storerooms in the Palais de Tokyo to the picture rails in the Hôtel Salé. The first images of the works being hung are explained by Dominique Bozo, chief curator at the Musée Picasso. (in french)

fonte: @edisonmariotti #edisonmariotti
http://www.museepicassoparis.fr/en/museum/history/


--fr

HISTOIRE DU MUSÉE

Roland Simounet, Éléments architecturaux pour le musée Picasso Paris, 1985.
© Musée Picasso Paris / Béatrice Hatala, 2011



Le choix d’installer la dation Picasso dans l’Hôtel Salé se fait très rapidement : il remonte à 1974, un an après la mort de l’artiste. Et en effet, la succession de Pablo Picasso a été préparée, notamment par l’invention du mécanisme de la dation en paiement à la fin des années 1960, rendue urgente par le vieillissement de l’artiste. Ce processus, qui permet à l’État d’acquérir un ensemble exceptionnel d’œuvres de Picasso encore enrichi par les donations des héritiers, implique de trouver un lieu pour les conserver et les exposer. En accord avec la famille de l’artiste, Michel Guy, secrétaire d’État à la Culture, décide d’installer la collection dans l’Hôtel Salé, 5 rue de Thorigny dans le 3ème arrondissement de Paris. Le bâtiment appartient à la Ville de Paris et a été classé Monument Historique en 1968 (arrêté du 29 octobre).

Dés 1974, les Monuments Historiques entament les travaux de restauration. En mars 1975, suite à une délibération, le Conseil de la Ville de Paris confirme la vocation de l’Hôtel Salé à accueillir le Musée national Picasso : il semble naturel d’y installer cet artiste dont l’œuvre s’est développé au sein de grandes demeures et autres bâtiments historiques (châteaux de Boisgeloup, d’Antibes, la Californie).

Il est aussi question de créer un contraste architectural entre le tout jeune Centre Pompidou qui est en train de sortir de terre et ce lieu patrimonial monographique que devient la demeure ancienne de l’Hôtel Salé, lieu voisin pour l’art du XXe siècle et également dépositaire d’œuvres de Pablo Picasso. L’art de Picasso doit ainsi rayonner dans les espaces multiples de présentation de l’art du XXe siècle, de l’architecture la plus contemporaine aux espaces les plus patrimoniaux. Un bail de 99 ans est conclu en 1981, l’État louant l’Hôtel Salé à la Ville pour un loyer symbolique, à charge pour le premier d’y réaliser les travaux et de pourvoir à son entretien.

L’hôtel est restauré et réaménagé entre 1979 et 1985 par l’architecte Roland Simounet afin de devenir un lieu propre à la conservation et à la présentation des œuvres. A la suite d’un concours d’idée mettant en lice quatre architectes (Roland Simounet, Carlos Scarpa, Jean Monge, Groupe GAU de Roland Castro), Roland Simounet est désigné en 1976 pour mener à bien la réalisation du projet d’installation du Musée national Picasso dans l’Hôtel Salé. C’est un architecte reconnu et expérimenté. Né en Algérie en 1927, Roland Simounet y travaille jusqu’en 1964 après un passage par l’École d’architecture du Quai Malaquais à Paris, et construit des cités d’urgence : étude du bidonville d‘Alger pour les Congrès international de l’architecture Moderne de 1953, construction de la cité de Djenan el Hassan (1957).

Roland Simounet, Éléments architecturaux pour le musée Picasso Paris, 1985.
© Musée Picasso Paris / Béatrice Hatala, 2011Il allie ainsi dans son expérience d’architecte l’héritage moderniste d’un Le Corbusier et une tradition méditerranéenne – qui déjà inspirait ce dernier – et travaille sur l’horizontalité.



Le LAM, musée de Villeneuve d’Asq (1983), pour lequel il remporte le concours en 1973, représente bien ce travail de dissémination des blocs architecturaux en réseau organisé, un modèle que l’on retrouvera pour le Musée de la Préhistoire à Nemours (1981), au plan asymétrique et en décrochés, selon le dénivelé du terrain.

L’Hôtel Salé représente un défi particulier. Il s’agit de s’inscrire dans un bâtiment déjà existant, et le programme lui fait devoir de respecter l’hôtel dans ses parties classées aux superbes décors de stuc ou de pierre (vestibule, grand escalier d’honneur, salon de Jupiter). Ces contraintes sont comme les aspérités des terrains auxquelles Simounet s’est déjà confronté : il réalise le seul projet du concours dont l’idée directrice est d’inscrire le musée dans le volume même de l’hôtel, sans construction d’extension. La boîte moderniste ainsi conçue par Roland Simounet vient se superposer au monument dans une dialectique stylistique aussi subtile que complexe, dans toutes les dimensions.

Le grand Escalier, qui mène, « naturellement » vers le premier étage est un axe pivot du projet. Le parcours suit ensuite une sinusoïde, coupée de césures et de fentes. Une rampe propose un autre mode de circulation d’étage en étage. La peinture laquée contraste avec la peinture mate et rythme les murs. Ce travail se différencie de celui mené pour la rénovation de l’Abbatiale de Saint-Germain des Prés, pour laquelle l’architecture intérieure fait comme une coque dans le bâtiment. A l’Hôtel Salé, le bâtiment conserve ses volumes et sa visibilité externe et interne. Le projet offre, par la variété des ambiances s’attachant à chaque niveau de l’hôtel et un travail sur les transparences entre bâtiment original et espaces d’exposition, une véritable promenade architecturale où l’on découvre un grand hôtel du XVIIe siècle en même temps que l’œuvre de Picasso. Le mobilier, conçu pour le musée, est signé Diego Giacometti.

Toutefois, en raison de difficultés techniques, de coupes budgétaires, de modifications successives de programme, le projet connut un certain nombre de remaniements du concept initialement soutenu par Roland Simounet. Les rampes et mezzanines durent être réduites.

Roland Simounet, Éléments architecturaux pour le musée Picasso Paris, 1985.
© Musée Picasso Paris / Béatrice Hatala, 2011Certains espaces prévus sont abandonnés, comme les espaces d’expositions temporaires, prévus à l’origine dans le volume des Communs, ou la salle multimédia occupant initialement les sous-sols des Communs.On renonça aussi à la construction d’un immeuble d’ateliers d’artistes et de services sur le socle construit le long des jardins, côté rue Vieille du Temple qui devient un vaste local technique. Ces espaces perdus manquèrent à l’exposition de la collection dans son ampleur.





Le Musée national Picasso fut inauguré en octobre 1985.

Roland Simounet obtient l’Équerre d’argent pour la rénovation de l’Hôtel Salé.

Retrouvez sur notre blog consacré aux Journées européennes du Patrimoine quelques pages consacrées à l’histoire architecturale du Musée.






CHANTIER

Béatrice Hatala, 
aile des Communs, vue de l’intérieur du Pavillon des anciennes écuries
28 novembre 2012.
© Musée Picasso Paris, 2012.





Après 25 années de fonctionnement, le Musée Picasso a dû entreprendre tant la rénovation de ses installations matérielles et techniques que la redéfinition de son inscription dans le site de l’Hôtel Salé. Dans un premier temps, il a été décidé par le ministère de la Culture et de la Communication de conduire entre 2006 et 2009 un chantier de restauration des façades, des décors extérieurs et murs d’enceinte. Cette opération a permis de sauver les importants éléments sculptés des corniches et frontons de l’hôtel. Le programme de restauration, rénovation et extension lancé en 2009 est beaucoup plus important que le précédant tant par ses objectifs que par son coût. Il permet une mise aux normes du bâtiment aux nouvelles règlementations en vigueur garantissant la sécurité et la sûreté des collections et du public et de restructurer le musée en profondeur.



Cette opération se conduit selon plusieurs axes. Les opérations de restauration intérieure sont importantes et redonnent son lustre à l’Hôtel Salé. Elles concernent tout d’abord le bâtiment XVIIe siècle : restauration des décors du hall et du grand Escalier, remodelage et repavage de la Cour d’honneur, rénovation des huisseries et fenêtres, restauration de la terrasse des Communs, révision des toitures, amélioration du climat du grand escalier. Les aménagements réalisés par Roland Simounet sont également restaurés. Les services administratifs sont délocalisés sur un site voisin, ce qui permet de dégager de nouveaux espaces de présentation de la collection. Au terme du chantier actuel, la surface d’exposition dédiée à la présentation des collections permanentes et aux activités annexes dédiées au public sera étendue à la totalité du bâtiment, soit 5700 m².



Cette restructuration permet de penser un nouveau parcours de visite,
et, plus largement, une autre vie du visiteur au sein du musée. Les circulations générales sont revues. Ainsi, l’accueil se fait désormais à partir des Communs, ménageant un confort d’entrée dans le musée grâce aux différents services offerts et lieux dédiés en rez-de-chaussée et en sous-sol. Cette partie du bâtiment fait l’objet d’une intervention architecturale majeure conduite par l’Agence Bodin et Associés. Le projet prévoit la restitution des volumes du bâtiment XVIIe siècle, notamment la géométrie et la configuration visuelle de la basse-cour.

© Musée Picasso Paris / Béatrice Hatala
Hôtel Salé, façade est et chapelle vues depuis l’Aile des communs
28 novembre 2012
Le pavillon des anciennes écuries comme la terrasse dominant la Cour d’honneur seront désormais intégrés au parcours de visite. Ces espaces rénovés et agrandis par creusement sous la basse-cour seront exclusivement dédiés à l’accueil du public qui y trouvera un service d’accueil et médiation, la billetterie, un salon, une zone documentaire, une cafétéria hiver et été, une librairie-boutique, des vestiaires et sanitaires.





La réhabilitation de l’aile technique située le long des jardins permet de créer un auditorium modulable servant de salle multimédia, et où se tiendront les activités de médiation. Cette rénovation permet aussi d’y installer les zones nécessaires à la gestion des collections (réserve de transit, atelier muséographique, locaux logistiques) et aux personnels du musée (salle de repos et cuisine, commodités et vestiaires). Le jardin est rénové et recréé, ainsi que la terrasse végétalisée.

Dans le bâtiment principal, le parcours de visite est modifié. On retrouve les enfilades horizontales de pièces XVIIe siècle en façade, sur le jardin et la cour d’honneur. L’exposition se fait sur cinq niveaux (sous-sol, rez-de-chaussée et trois étages). Les circulations verticales sont assurées par les différents escaliers restaurés (grand Escalier central, escaliers construits par Roland Simounet), la rampe de Roland Simounet et la rénovation de deux ascenseurs dans les pavillons nord et sud.
Cette circulation permet de relier les nouveaux espaces libérés par la délocalisation des services administratifs ou des installations techniques aux grandes salles patrimoniales de présentation des collections dans des espaces rénovés.



Le bâtiment de l’Hôtel Salé étant partiellement classé au titre des Monuments Historiques, les travaux à effectuer sur les parties classées (façades, menuiseries extérieures, cour et escalier d’honneur, salle des boiseries), sont confiés à la maîtrise d’œuvre de M. Stéphane Thouin, Architecte en chef des Monuments Historiques.

©Musée Picasso Paris / Béatrice Hatala
Caves historiques de l’Hôtel Salé, vue de l’axe est-ouest
26 novembre 2012
Les travaux de réaménagements intérieurs de l’hôtel et des Communs, de l’aile technique et du jardin s’effectuent sous la maîtrise d’œuvre de Jean-François Bodin & Associés, société d’architectes, désigné au terme d’une consultation sur références, compétences et moyens conduite par le ministère de la Culture et de la Communication entre décembre 2008 et avril 2009.





La réalisation des travaux tous corps d’état a été confiée, par la voie d’un marché global notifié en juillet 2011 et d’un marché complémentaire au marché principal notifié en février 2013, à l’entreprise générale Pradeau et Morin.






ARCHIVES INA





En partenariat avec l’Institut National de l’Audiovisuel, une sélection de vidéo.



1975 : TF1, le journal de 13h, 21 janvier 1975 : le Musée Picasso s’installera dans les murs de l’Hôtel Salé dans le Marais à Paris. A l’occasion de sa rénovation, récit de la longue et riche histoire de ce bâtiment remarquable.







1979 : Antenne 2, Zig Zag, 12 décembre 1979 : Maurice Aicardi, président de la Commission interministérielle pour la conservation du patrimoine
artistique national, expose les circonstances de la dation Pablo Picasso et plus généralement le principe de la loi du 31 décembre 1968 sur les dations. L’escalier
d’honneur de l’Hôtel Salé, en cours de rénovation, est le cadre de son intervention.


1984 : TF1, le journal de 13h, 5 juillet 1984 : l’architecte Roland Simounet présente, sur le chantier du Musée Picasso,
les grands axes de la rénovation de l’Hôtel Salé, illustrés dans le reportage par les innovations techniques ponctuant le parcours.


1985 : Antenne, 2. Midi 2, 23 septembre 1985 : à l’occasion de l’inauguration, ce jour, du Musée Picasso, reportage sur le transfert
des œuvres de Pablo Picasso des réserves du Palais de Tokyo aux cimaises de l’Hôtel Salé.
Les premières images de l’accrochage s’enrichissent de l’analyse de Dominique Bozo, conservateur en chef du Musée Picasso.

Nenhum comentário:

Postar um comentário