Google+ Followers

segunda-feira, 3 de agosto de 2015

500 minuscules homards au musée Exploramer

Cinq cents minuscules pensionnaires viennent de faire leur entrée au musée Exploramer de Sainte-Anne-des-Monts. Ce sont des larves de homards, dits de stade IV (deux semaines après l'éclosion), qui sont longs d'environ deux centimètres.


500 bébés homards au musée Exploramer de Sainte-Anne-des-Monts Photo : Courtoisie Homarus



Il s'agit d'un don de l'Écocentre Homarus situé à Shippagan, au Nouveau-Brunswick, où se trouve une écloserie.

Les nouveaux habitants du musée occupent les bassins du secteur « Immensément petit » du parc aquarium. Les visiteurs pourront même en adopter au coût de 2,50 $ chacun. L'argent amassé servira à financer la production de larves dans l'écloserie d'Homarus.

Le musée Exploramer Photo : ICI Radio-Canada

Le but : mieux faire connaître cette ressource

Homarus a fait don de ces homards à l'aquarium gaspésien dans le but de mieux faire connaître cette ressource auprès du public québécois.

L'arrivée de ces petits homards permettra à l'équipe d'Exploramer de mieux faire comprendre la fragilité du milieu marin et de l'espèce. Également, Exploramer pourra mieux expliquer leur croissance et leur développement.
« Bien peu d'amateurs de homard savent que les spécimens achetés dans les poissonneries ont déjà 9 ou 10 ans et qu'ils ont dû développer d'importants mécanismes de survie pour en arriver là. »— Annie Beaulieu, responsable de l'interprétation à Exploramer

Un projet d'écloserie

Cette nouvelle acquisition s'inscrit dans la foulée de l'entente conclue l'automne dernier entre l'institution gaspésienne et l'Écocentre Homarus de Shippagan, au Nouveau-Brunswick. Ce dernier a pour mandat d'élever et d'ensemencer des homards de stade IV (deux semaines depuis l'éclosion de l'œuf) en écloserie. Les homards sont ensuite relâchés à la mer.

Depuis 12 ans, Homarus mène des projets de recherche et développement qui ont pour but la pérennité de cette précieuse ressource. « Le projet d'écloserie et d'ensemencement est un de nos plus importants. Il a permis, entre autres, de faire réaliser aux pêcheurs à quel point le homard est fragile », explique la directrice scientifique du Centre Homarus, Dounia Daoud.
À lire en complément :

fonte: @edisonmariotti #edisonmariotti http://ici.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2015/07/31/006-muse-exploramer-bebes-homards-sainte-anne-des-monts.shtml




Nenhum comentário:

Postar um comentário