Google+ Followers

terça-feira, 10 de maio de 2016

Des «dames» du musée de Cambrai séduisent le Japon et la Normandie. --- As "senhoras" do museu de Cambrai seduzir Japão e Normandia.

Il y a du nouveau dans l’accrochage du parcours permanent. Des tableaux ont quitté les cimaises pour prendre la route du Pays du Soleil levant et un septième est parti pour Vernon. Elles sont remplacées par de nouveaux tableaux.



CAMBRAI. Elles ont des admirateurs bien au-delà de Cambrai les « dames » des portraits des collections du musée de Cambrai. Jugez plutôt. En ce moment, elles sont sept à être parties prendre l’air pour quelques mois. Du coup, elles laissent place à de nouvelles présentations de tableaux.


1 Direction l’Eure

Jusqu’au 25 septembre, c’est le tableau de Marie Bracquemon intitulé La Dame en blanc qui est partie à Vernon, dans l’Eure. Cette huile, réalisée durant le dernier quart du dix-neuvième sièclle, a été retenue dans le cadre du festival Normandie impressionniste. À sa place, les Cambrésiens peuvent découvrir le Portrait de Madame Chausson, une huile sur toile représentant la jeune épouse du compositeur peinte par Edmond Aman-Jean. Jamais sorti des réserves depuis plus de 20 ans, le tableau avait besoin d’une restauration. Elle a été financée, ainsi que son cadre par Les Amis du musée de Cambrai.

2 Direction le Japon

Elles sont six peintures du musée de Cambrai à avoir été choisies pour sillonner des villes japonaises, jusqu’au 25 décembre, dans le cadre d’une exposition intitulée Peindre la femme de Courbet à Matisse. Celles retenues de la galerie des portraits sont au nombre de trois : Le Portrait de Madame Dorchain de Jules Breton, Fraulein Friedlander de Jacques-Émile Blanche et Les Ondines d’Antoine Calbet.

Trois autres portraits sont spécialement sortis des réserves pour ce voyage au Pays du Soleil levant. Il s’agit de L’Éveil du printemps d’Arpad de Migl, le tableau d’une femme nue d’Andrée Karpelès et Madame Villard représentée dans son salon par son époux, le peintre Antoine Villard. Les musées japonais emprunteurs ont financé la restauration du dernier tableau. Allégé de ses vernis jaunis et nettoyé, les Japonais seront les premiers à le découvrir après sa cure de jouvence.

Pour occuper les places des tableaux partis en voyage durant quelques mois, des œuvres sont sorties des réserves. Parmi elles, de façon presque anecdotique, Madame Dorchain cède sa place à un portrait au pastel de son maru, le poète cambrésien. Un autre artiste du Cambrésis est aussi mis en lumière, le peintre originaire de Villers-Guislain, Pierre Paul Prévôt, au travers d’un Portrait de Madame Croin.

3 Et un vide...

Toujours dans la salle dédiée aux portraits, un vide a été laissé là où se trouvaient les toiles parties vers d’autres expositions. Il sera bientôt comblé par une création de Francis Baudevin, l’artiste contemporain à qui le musée consacre sa prochaine exposition temporaire, du 21 mai au 4 septembre.




Fonte: @edisonmariotti #edisonmariotti

http://www.lavoixdunord.fr/region/des-dames-du-musee-de-cambrai-seduisent-le-japon-et-ia13b45101n3492212

Nenhum comentário:

Postar um comentário